Articles

On parle de mon régime à la télévision belge


















"Un gars, un chef !" est une émission de cuisine de la télévision belge. Le chef Gerald Watelet (à gauche sur la photo) explique durant l'émission qu'il souffrait de "soucis intestinaux".

Au début du programme, Gerald propose comme recette pour le petit-déjeuner son Porridge pomme pruneau. L'animateur lui demande qui lui a conseillé de manger ça au petit-déjeuner.

-C'est un régime que j'ai trouvé quand j'avais mes petits soucis d'intestin et ça marche super super bien!

"Vous l'avez trouvé où ce régime?"

-Sur internet via un ami qui avait le même problème d'intestin et ça marche vraiment bien. C'est le mari d'une copine qui avait le même soucis. Je lui expliquais ce que je ressentais et elle m'a dit : "Parles-en à mon mari, il a un super régime qu'il fait maintenant depuis 2 ans et il va beaucoup mieux."

J'ai alors quasiment éliminé la totalité des sucres et des levures de mon alimentation et du coup, je n'ai plus de ballonnements. Je mange que des pâtes complètes, que du pain au levain et non à la levure. Je mange très bien au déjeuner et très bien le soir. Avec cette nouvelle alimentation, je dors beaucoup mieux, j'ai plus d'énergie.

"Vous êtes beaucoup plus agréable aussi! Vous avez vraiment mit le doigt sur ce qu'il fallait faire" dit l'animateur en taquinant le chef. "Vous êtes vraiment de meilleure humeur!"

-Je suis allé voir un médecin qui m'a donné plein de médicaments et ça ne faisait pas effet. J'ai parlé avec le mari de cette amie et il m'a dit: "Arrêtes tous ces médicaments et suis ce régime que j'ai trouvé."

Une dame au Canada qui avait ce même problème, a fait une étude elle-même. On peut commander son bouquin par internet et elle explique ce qu'on peut manger et ce qu'on ne peut pas manger. Et ça va vraiment beaucoup mieux pour moi.

-----------

Pour visionner cette émission du 8 janvier 2015, cliquez sur ce lien : "Un gars, un chef!"

Sur leur page Facebook "Un gars, un chef!"   ils ont inséré le lien de mon site internet (voir Journal au 20 janvier 2015) car plusieurs personnes de l'auditoire voulait la référence de ce fameux régime dont le chef Gerald Watelet vante les mérites.


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Choisir le bon yogourt








Si vous souffrez de la maladie de Crohn ou de la colite ulcéreuse, il est important de bien choisir son yogourt.
Choisissez de préférence votre yogourt nature. Pour un meilleur goût, ajoutez au choix un fruit frais comme une pomme, une poire, une mangue, des fraises, des mûres, des framboises ou des bleuets. Saupoudrez de quelques flocons d'avoine ou de graines de lin ou de sésame fraîchement moulues à l'aide d'un moulin à café. Vous pouvez également ajouter des noix si vous le désirez
Voici quelques bonnes marques conseillées;
- Liberté Classique Nature 0% ou 2%
Ingrédients : Lait partiellement écrémé (ou écrémé), protéines de lait, cultures bactériennes.

-Liberté Grec Nature 0% ou 2%
Ingrédients : Lait écrémé, crème, concentré de protéines de lait, cultures bactériennes.

-Astro Original yogourt Naturel
Ingrédients : Lait écrémé, crème, cultures bactériennes actives

-Damafro le yogourt Nature 0%, 2% ou 3.25%
Ingrédients : lait (écrémé ou partiellement écrémé) pasteurisé, cultures bactériennes actives
Lisez toujours la liste des ingrédients composant votre yogourt. Plusieurs produits sur le marché contiennent du sucre ajouté et d'autres mauvais ingrédients (sucre, glucose-fructose, sirop aromatisé, amidon de maïs modifié, colorants, arômes artificiels, etc.).
Ne vous fiez pas aux publicités tapageuses qui vous présentent leur yogourt comme un produit santé avec 0% de gras, sans lactose et peu calorique. Habituellement, ces yogourts sans gras ou sans lactose sont en contrepartie bourrés de sucres... En cas de maladie inflammatoire de l'intestin, ce n'est pas le gras ou le lactose qui pose problème mais bien le sucre.
Attention: une même marque peut offrir de mauvais yogourts. Par exemple, le Liberté Classique à la vanille contient du sucre. Les yogourts aromatisés à la vanille ou à d'autres saveurs sont à éviter.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le stress... votre pire ennemi! 



Si vous souffrez de la colite ulcéreuse ou de la maladie de Crohn, c'est important de bien gérer son stress. Parce que le stress alimente l’inflammation, il empire les symptômes de la maladie. Si par exemple vous subissez du stress dans votre vie (séparation, problème d’argent, perte d’emploi, deuil, pression au travail...) le nombre de vos diarrhées pourrait doubler et vous pourriez même, dans le pire des cas, tomber en crise. Beaucoup de gens après avoir vécu un événement stressant vont retomber malade et se ramasser à l’hôpital.

Plus vous éviterez le stress, mieux votre santé se portera et plus vite vous guérirez. Si vous suivez mon programme en étant stressé, votre temps de rémission sera beaucoup plus long que la normale. Pour vous aider à évacuer votre stress, choisissez une activité qui vous plaît. Plusieurs options s'offrent à vous comme l'exercice physique, la marche, la natation, le yoga, la relaxation, la massothérapie, la peinture, le bénévolat etc. Cette activité doit essentiellement vous aider à mieux gérer votre stress et idéalement à le supprimer.



---------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Choisir le bon pain













En cas de maladie inflammatoire de l'intestin (MII), vous ne pouvez pas manger n'importe quel pain. Vous devez éviter les ingrédients sucrés et à levures retrouvés dans certains pains. Le pain blanc, le pain brun, le pain de riz, le pain à hot-dog ou à hamburger et tous les types de pains à levure de boulangerie contenant des produits chimiques sont à éviter.
Je vous conseille de choisir un pain au levain. La confection au levain est une méthode ancestrale pour obtenir du pain levé. La farine est mélangée à de l'eau où se développe une culture bactérienne lactique  s'avérant plus digeste pour les côlons sensibles. On choisira de préférence un pain fabriqué avec de la farine intégrale (ou entière) de seigle, d'épeautre ou de kamut. Ce type de pain est habituellement en vente dans les magasins de produits naturels.  Il est souvent entreposé dans le frigidaire du magasin.
Toujours bien lire la liste des ingrédients composant un produit car certains pains au levain peuvent contenir du sucre ou de la levure, ils seront donc à éviter.

Voici 3 exemples de bons pains.
Pain #1 = Ingrédients : levain, seigle concassé, eau de source, sel de mer.
Pain #2 = Ingrédients : levain, farine entière (ou intégrale) d'épeautre, eau de source, seigle concassé, graines de lin, flocons d'avoine, sel marin.
Pain #3 = Ingrédients : levain, farine entière (ou intégrale) de kamut, eau de source, graines de tournesol, sel de mer.

Voici maintenant 5 exemples de mauvais.
Dans un mauvais pain il peut y avoir de bons comme de mauvais ingrédients.  Les mauvais ingrédients retrouvés dans les 5 pains suivants sont, entre autres, le sucre (même biologique), le glucose-fructose, la levure, le vinaigre de cidre de pomme, l'agave, l'amidon (de maïs, de blé fermenté ou de pommes de terre), les pommes de terre, la poudre à pâte, le miel, la farine enrichie, la farine de maïs, la farine de riz et la farine de tapioca.
Lorsque vous achetez un pain, vous devez éviter ces ingrédients qui entretiennent l'inflammation du système digestif.

Exemples de mauvais pains;
 1- Pain de blé intégral biologique : farine de blé entière biologique, eau, levain, sel de mer, vinaigre de cidre de pomme, levure.
2- Pain de blé intégral St-Méthode : farine de blé intégral biologique, gluten de blé biologique, sucre biologique, huile de soya biologique, levure, sel de mer, amidon de blé fermenté, farine de soya biologique, vinaigre de cidre de pomme biologique, enzymes, farine d'orge malté biologique, flocons d'avoine biologiques
3- Pain sans gluten au riz brun : farine de riz brun biologique, eau filtrée, agave biologique, farine de tapioca biologique, huile de carthame, graines de chia et/ou de lin biologiques, levure fraîche, xanthane, cellulose, son de riz, sel marin.
4- Pain sans gluten et sans lactose aux pommes de terre : farine de riz, amidon de maïs, eau, blanc d'oeuf liquide, farine de maïs, margarine, pommes de terre, levure, gomme de guar, amidon de pommes de terre, sel de mer, gomme xanthane, poudre à pâte, miel, acide ascorbique, propionate de calcium.
5- Pain blanc : Farine de blé enrichie, eau, sucre/glucose-fructose, levure, huile de soya et/ou de canola, gluten, sel, farine de soya, monoglycérides, stéaryl-2-lactylate de sodium, ester diacétyl-tartrique des mono et diglycérides, propionate de calcium. (Trop de produits chimiques c'est ridicule!)

La prochaine fois que vous magasinerez votre pain, n'oubliez pas de lire attentivement les ingrédients composant celui-ci.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------


La pire erreur!




Si vous souffrez de la colite ulcéreuse ou de la maladie de Crohn, une des pires erreurs consiste à  ne rien changer à ses habitudes alimentaires.

Changer vos habitudes alimentaires peut vous sauver d'une stomie, en plus de vous redonner une meilleure qualité de vie.  Cela peut également vous éviter la prise de médicaments sévères comme les immunosuppresseurs (ex.Remicade).  

Comme je le dis si bien dans mon livre, mieux vaut suivre le régime à moitié que ne rien faire du tout! Même en le suivant à moitié vous obtiendrez des résultats intéressants. Cela vous permettra d'éliminer une bonne partie de la souffrance lié aux symptômes de la maladie.

Suivre le régime à moitié est relativement facile. Vous éliminez tout simplement les aliments interdits dont vous pouvez facilement vous passez en les remplaçant par les aliments permis indiqués dans mon programme.

Si la plupart sont capables de le faire, pourquoi pas vous?


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------


La colite ulcéreuse : une maladie tabou  


Photo Pixmac














Avez-vous déjà entendu quelqu’un qui souffre de la colite ulcéreuse, dire aux autres tout bonnement qu’il est atteint par cette maladie?
Personne n’oserait lors d’un premier rendez-vous galant avouer ceci :
« Tu sais, je dois te dire un truc. Je souffre depuis quelques années de problèmes digestifs. J’ai la colite ulcéreuse. »
-La quoi?
« La colite ulcéreuse. »
-C’est quoi la colite ulcéreuse?
« Bah, ça veut dire que je souffre en permanence de diarrhées liquides, de flatulences et de ballonnements. Quand je défèque, j’ai souvent du sang et du mucus dans les selles. De plus, je suis limitée dans la plupart de mes déplacements, car j’ai souvent besoin d’une toilette à proximité. Quand un besoin impérieux et incontrôlable se présente, je dispose alors de dix secondes pour trouver la toilette la plus proche sinon je fais dans mes culottes. »
De quoi faire fuir n’importe quel prétendant!
Personne n’ose parler franchement de cette maladie même les personnalités publiques.
L’autre jour, Denis Lévesque recevait à son émission le psychanalyste Guy Corneau. Celui-ci parlait de son parcours avec la maladie. Pendant la durée de l’émission (si ma mémoire est bonne), je ne crois pas qu’il ait mentionné le nom ou les symptômes reliés à sa maladie. Durant toute l’entrevue, je me suis demandé de quoi il souffrait et surtout pourquoi, il taisait le nom de sa maladie. C’est seulement après quelques clics sur internet que j’ai découvert qu’il souffrait de la colite ulcéreuse depuis de nombreuses années…

Ceci n’est pas une critique à son égard, bien au contraire. C’est seulement une observation. Personne en effet n’aime aborder ce genre de problème. Ça paraît toujours mieux de dire que nous avons le foie fragile ou une tendance au diabète avec un peu de pression, mais dévoiler nos problèmes de caca, ça personne n’ose! Et c’est bien compréhensible.
Dans son livre Comprendre les problèmes intestinaux, le Dr Ken W HEATON nous explique pourquoi les affections reliées au côlon sont sujet au silence :
« Dès la petite enfance, l’individu est conditionné à voir les excréments comme malpropres, dégoûtants, voire dangereux ; il apprend que les fèces sont des choses dont il faut se débarrasser le plus rapidement possible. La défécation, dans la culture occidentale, est une malheureuse nécessité que chacun garde pour soi. Quant aux organes qui produisent les fèces, les gens préfèrent éviter d’y penser…Dans la culture occidentale, les attitudes des gens envers les intestins et leurs produits s’expriment par le dégoût, l’embarras, la honte, la crainte et le déni. C’est là un puissant mélange de sentiments négatifs dans le subconscient qui doit influer sur les réactions des gens à tout trouble intestinal. »
Pourtant, la défécation est une fonction normale chez tout individu. Tout ce qu’on mange doit sortir à un moment donné sinon on s’intoxiquerait avec notre nourriture. Peu importe votre nationalité ou votre classe sociale, tout le monde le fait. Même la reine trône…
Il n’y a aucune honte à avoir la colite ulcéreuse. Je ne dis pas qu’il faut nécessairement s’en vanter. Très peu de gens sur Facebook vont inscrire à côté de leur réussite sociale ou scolaire, qu’ils ont un problème de selle. Ça ne fait pas très chic. On préfère le cacher. Et de toute façon ça ne regarde personne sauf nous. Par contre, quand vient le temps d’en parler, il ne faut pas hésiter non plus. À ce titre, il reste encore beaucoup de travail à faire afin que les maladies inflammatoires de l’intestin ne soient plus perçues comme un sujet tabou.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Immunosuppresseurs : à ne pas prendre à la légère


Photo : Lỡrraine – Flickr


De plus en plus de patients souffrant d’une maladie inflammatoire de l’intestin se font proposer par leur médecin un traitement immunosuppresseur comme le RemicadeMD (infliximab).

La plupart des gens ont peur et sont réticents à ce type de traitement. Et ce, avec raison.

Quand on consulte la longue liste des effets secondaires associés aux immunosuppresseurs, il y a de quoi avoir la frousse.

Les immunosuppresseurs comme leur nom l’indiquent, ont pour fonction de supprimer le système immunitaire. Comme on s’en doute, ce n’est pas une très bonne idée.

En effet, notre système immunitaire sert à nous protéger contre les envahisseurs extérieurs. Le supprimer, c’est enlever la protection à notre corps. C’est ouvrir la porte aux indésirables (virus, bactéries, microbes, etc.) en leur permettant de nous détruire à petit feu.

Écoutez………Soyons sérieux.

Absolument aucun être humain sur la Terre ne peut être gagnant à long terme en supprimant son système immunitaire. C’est une loi biologique.

Un jour ou l’autre, vous serez perdant.

Si vous faites partie des quelques chanceux qui suivent un traitement Remicade sans subir d’effets indésirables, peut-être croyez-vous avoir réglé votre problème… Détrompez-vous! Comprenez que votre semblant de santé c’est du temps emprunté, du temporaire. Ne rien changer à ses mauvaises habitudes alimentaires et continuer à vivre comme si tout était beau, c’est se mettre la tête dans le sable.  Cette attitude mènera à votre perte! Ce n’est qu’une question de temps avant que la maladie ne vous rattrape. Et un jour elle va vous rattraper avec en prime un autre problème de santé (cancer), comme c’est souvent le cas…

Mais quand on est mal pris et qu’on n’a pas le choix de prendre du Remicade, je peux comprendre. Je sympathise. Par contre, quand on a le choix, on prend le choix!

C’est pourquoi l’option la plus intelligente à mes yeux consiste à modifier son alimentation. Ainsi, on s’attaque directement à la source du problème au lieu de l’engourdir avec des médicaments. Le corps humain n’est pas constitué biologiquement pour la nourriture industrielle. Que voulez-vous que je vous dise? C’est plate mais c’est ça. Soit qu’on fait les changements qui s’imposent, soit qu’on accepte de vivre avec les symptômes de la maladie. Et vivre avec les symptômes de la maladie….c’est l’enfer!

Alors moi, j’ai fait le choix il y a longtemps.



Les effets secondaires du Remicade 

Il est absolument invraisemblable de constater la très longue liste des effets secondaires reliés à la prise d’un médicament comme le RemicadeMD (infliximab).

Si vous supprimez votre système immunitaire, vous augmentez fortement vos chances de souffrir de l’un ou de plusieurs de ces symptômes;

Effets secondaires les plus courants au Remicade ;



-bronchite
-crampes
-cystite
-démangeaisons
-diarrhée (oups!)
-douleur
-douleurs abdominales
-élévation des transaminases
-éruptions cutanées
-essoufflement
-étourdissements
-fatigue
-infection des voies respiratoires supérieures
-infection urinaire
-mal de gorge
-maux d’estomac
-maux de dos
-maux de tête
-nausées
-peau sèche
-pneumonie
-réaction au point d'injection
-rhume
-sinusite
-toux
-transpiration excessive
-vertiges


D’autres effets encore plus graves peuvent se manifester ;

-agitation
-anomalie de la numération formule sanguine
-apparition de maladie auto-immune comme le syndrome pseudolupique
-augmentation du taux de cholestérol dans le sang
-brûlures d'estomac
-cancer
-cancer de la peau chez les personnes ayant déjà reçu une photothérapie
-cancer du système immunitaire (lymphome)
-chute de cheveux
-conjonctivite
-dépression
-douleurs articulaires
-eczéma
-fourmillements
-hépatite
-baisse des globules sanguins
-hypertension artérielle
-insomnie
-insuffisance cardiaque chez les patients ayant une maladie cardiaque
-lésions au foie
-lupus
-maladies neurologiques démyélinisantes
-mycose vaginale
-œdèmes
-prise de poids
-psoriasis
-réactions allergiques graves
-septicémie
-somnolence
-tremblements
-troubles auditifs
-troubles visuels
-tuberculose
-tumeurs cutanées bénignes
-ulcération buccale
-ETC, ETC, ETC….



---------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Une belle preuve médicale

Photo Pixmac

Récemment, une jeune femme m’a contacté parce qu’elle était en crise. En plus de subir les symptômes de la colite ulcéreuse, elle souffrait d’arthrite sévère*. Juste avant d’entrer à l’hôpital, elle était incapable de bouger, car toutes les jointures de son corps bloquaient. Son gastro-entérologue n’avait jamais vu quelqu’un avec un niveau inflammatoire aussi élevé.

Même si elle recevait des doses élevées de cortisone, les médecins prévoyaient à ce qu’elle retombe en crise prochainement. Heureusement, en suivant mon régime pour les crises cette jeune femme a vite récupéré. Dès qu’elle s’est sentie mieux, elle a débuté la phase 1 de mon programme. En peu de temps, elle a retrouvé la santé.

Plus tard, elle est retournée à l’hôpital pour effectuer des prises de sang. Quand elle a revu le médecin, il était surpris de voir que ses résultats sanguins indiquaient que tout était normal. Comme si elle n’avait jamais été malade! Il n’y avait aucun indice d’inflammation, c’était pratiquement impossible! Il n’en revenait pas.

Elle lui a dit que si elle était en santé c’est parce qu’elle suivait un régime alimentaire anti-inflammatoire. Évidemment, le médecin étant un ignorant et un incompétent en matière de santé et de prévention, il ne pouvait croire que la colite ulcéreuse puisse se soigner par l’alimentation. Étant habitué aux mauvais résultats, il était frustré et fâché de voir que sa patiente allait aussi bien. Jamais il ne lui a demandé en quoi consistait mon programme, il ne voulait rien savoir. Visiblement agacé, il lui a répété plusieurs fois qu’elle devait s’attendre à retomber en crise prochainement. Elle lui a répondu qu’elle ne retomberait ni malade ni en crise tant et aussi longtemps qu’elle suivait les recommandations mon programme.

J’étais contente de voir que mon programme avait sauvé une vie. Aujourd’hui, cette jeune femme mène enfin une vie normale. Elle en est très reconnaissante d’ailleurs. Dossier médical à l’appui, je sais que mon régime fonctionne pour toute personne prête à se prendre en main. Cette histoire, tout comme la mienne, est une belle preuve médicale de l’efficacité de mon programme.


*L’arthrite est un effet secondaire grave pouvant se produire chez certaines personnes en crise.


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Mon quinoa goûte le savon, est-ce normal?       















Photo : Daniel Hurst Photography - Flickr

Une personne m’a indiqué qu’elle n’aimait pas beaucoup le quinoa, car elle trouvait qu’il goûtait le savon. Est-ce normal? Oui, si vous ne rincez pas les grains avant de les consommer. En effet, les grains de quinoa sont habituellement recouverts de saponine, une substance au goût amer. C'est pourquoi il est préférable de les rincer dans une passoire fine à grande eau jusqu’à ce que l’eau ne mousse plus. Ensuite vous suivez les indications du fabricant pour la cuisson.




 ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Le café


Plusieurs d’entre vous m’ont écrit pour me dire qu’un de leur plus grand défi en phase 1 sera d’arrêter de boire leur café le matin. Si vous êtes amateur de café, cela n’est pas évident. J’ai éliminé le café de mon programme en phase 1 pour plusieurs raisons.

Quand on en consomme de bonnes quantités, le café peut avoir un effet laxatif, si vous êtes en crise ce n’est donc pas l’idéal. De plus, le café peut empêcher l’assimilation de certains minéraux comme le fer, le magnésium et le zinc. Mais il peut aussi diminuer l’assimilation du calcium dans l’organisme. Si vous prenez de la cortisone en plus du café, vous augmentez ainsi les risques d’ostéoporose.

Même s’il est préférable de l’éviter, la bonne nouvelle est que le café ne cause pas la colite ulcéreuse ou la maladie de Crohn. Il ne participe pas l’inflammation de la muqueuse intestinale.

C'est pourquoi il est permis en phase 2 de mon programme. On peut en consommer une tasse une fois de temps en temps si tout va bien. L’important est de ne pas ajouter du sucre, du miel ou un édulcorant dans votre café. Il faut se rappeler que les mauvais sucres sont à bannir quand on a une maladie inflammatoire de l'intestin. En ce qui concerne le lait ou la crème, vous pouvez en ajouter à condition de ne pas souffrir d’intolérance au lactose.

Les mêmes recommandations s’appliquent également pour le thé. On évite d’ajouter du sucre et on en consomme rarement et en quantité raisonnable.


Par quoi peut-on remplacer le café?

On peut remplacer le café par des substituts de café sans caféine. Ces préparations sont faites à base de chicorée et parfois de céréales comme l’orge et le seigle. Même si leur texture ressemble à celle du café, les substituts de café n’ont pas le goût du café. Certaines personnes les apprécient, d’autres non. Ces préparations sont en vente dans les magasins de produits naturels.


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Non à tous les vinaigres même celui de cidre de pommes bio













En attendant de recevoir mon livre, une dame m'a demandé mon avis concernant le vinaigre de cidre de pomme bio. Elle souffrait de la maladie de Crohn et en buvait plusieurs cuillerées par jour à jeun le matin. Je lui ai demandé comment allait son état de santé et elle m'a répondu qu'elle n'allait vraiment pas bien. Décidément, le vinaigre de cidre de pomme ne l'a pas sauvé!

Alors voici le verdict : tous les vinaigres sont à bannir en cas de maladies inflammatoires de l'intestin. Que ce soit le vinaigre blanc, balsamique, de cidre de pomme bio, de riz, de vin et même celui béni des Dieux! Je peux vous dire par expérience personnelle que si je prends quelques cuillerées de vinaigre je risque d'avoir des problèmes... et pourtant je suis en phase 2 sans aucun symptômes de colite ulcéreuse depuis déjà 5 ans, alors c'est pour vous dire...

Je ne prétends pas que le vinaigre de cidre de pomme n'est pas bon pour la santé. Bien au contraire. Il possède plusieurs vertus intéressantes à condition de ne pas souffrir de maladies inflammatoires de l'intestin. Ce qui est bon pour la population en générale n'est pas nécessaire bon pour vous, voici la règle de base à retenir.


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Soyez patient, laissez une chance à votre corps














Il m'arrive parfois de recevoir ce type de commentaire : "J'ai commencé votre régime il y a une semaine mais j'ai encore des symptômes, est-ce normal?" ou encore "J'ai la colite ulcéreuse depuis 30 ans et aucun médicament n'a jamais fonctionné. Je suis votre régime depuis 2 semaines mais je crois qu'il ne fonctionne pas parce que j'ai encore des symptômes même si j'en ai moins qu'avant."

Voici ma réponse : Pourriez-vous svp laisser une chance à votre corps?! C'est comme si vous vous casseriez le bras et que vous demanderiez au médecin de vous enlever le plâtre qu'il vous a installé il y a une semaine sous prétexte que votre bras est toujours cassé. Selon votre logique, le plâtre serait inefficace parce que votre bras n'est pas parfaitement rétabli. Ridicule n'est-ce pas?

Comme vous le savez, un bras cassé exige un minimum de temps pour s'en remettre. Même constat pour la colite ulcéreuse et la maladie de Crohn. Quand vous êtes en inflammation, votre côlon est plein d'ulcères, il est rouge et à vif. La cicatrisation de la muqueuse prendra un certain temps tout comme une peau brûlée par le feu.

Dans ce monde de rapidité et d'instantanéité, on veut tout, tout de suite et quand on est malade on a la même mentalité. On veut la pilule ou le régime qui va régler le bobo à la va-vite. Désolé, mais ce que VOUS voulez dans votre tête et la vitesse de rétablissement de votre corps, c'est deux choses.

Même si dans votre tête vous désirez tomber enceinte et accoucher après 3 mois, ça n'arrivera jamais. Si vous vous rasez la tête et que vous souhaitez ravoir les cheveux longs jusqu'au fesses après 1 mois, impossible également. Le corps à son propre rythme qu'il faut respectez suivant les situations.

Concernant la colite ulcéreuse et la maladie de Crohn, je conseille, de manière générale, de suivre la phase 1 du programme pendant un minimum de 6 mois pour juger de l'efficacité du régime. La bonne nouvelle, c'est qu'après quelques jours ou quelques semaines seulement, vous serez déjà témoin d'une diminution des symptômes. Si c'est le cas, continuez le régime, ne lâchez pas, vous êtes dans la bonne voie. Soyez patient, laissez une chance à votre corps de se rétablir à son propre rythme.